La culture, l’axe le plus important de LinkedIn!

Je suis maintenant un abonné à Daniel Shapero, en charge de construire le nouveau modèle d’acquisition de talents, des services aux entreprises et au marketing de LinkedIn. Il a posé une question à son «Boss», Mike Gamson (il doit être assez haut placé chez LinkedIn on s’en passe un papier), en lui demandant pourquoi il ouvrait une conférence avec une période couvrant la culture. Cette conférence avait lieu dans le cadre du regroupement annuel des équipes de ventes pour le lancement des ventes de 2010. Mike Gamson lui répondit simplement que la culture était la chose la plus importante de toutes.

À travers son expérience, il a relevé 5 points essentiels au développement d’une forte culture au sein d’une entreprise et, personnellement, bien que ces points peuvent sembler anodin, les mettre concrètement en application peut être une tâche beaucoup plus complexe :

1) Définir votre culture, surtout sur ce qui la distingue :

Tout ce qui n’est pas spécifique à votre entreprise n’a pas à s’y trouver.

2) Prioriser la culture :

Lui consacrer du temps à chaque rencontres officielles avec les employés, en conférences, séminaires, congrès ou tout autre rassemblements.

3) Ne pas sacrifier la culture au noms des performances élevées :

Favoriser l’intégration culturelle des employés au même titre que la performance au travail. Il relevait l’exemple d’un leader qui avait donné de très bons résultats mais qui, de par son attitude désalignée par rapport à la culture, diminuait la motivation de son équipe. Dans ce cas, même si les résultats y étaient, il a été remercié. Il était dans le meilleur intérêt des deux parties de prendre une telle décision. À l’inverse, s’il s’était approprié la culture de LinkedIn, il aurait pu être un des leader les plus en vue.

4) Faire un lien explicite et public entre votre culture et vos décisions :

Être cohérent dans toutes vos décisions, qu’elles soient de niveau stratégique, RH, R&D, financières ou marketing, avec votre culture. Rappeler que certains choix ont été fait dans le meilleur intérêt d’un point névralgique de la culture d’entreprise. Par exemple, LinkedIn pourrait lier une décision avec l’importance qu’il accorde aux membres gratuits et ainsi intégrer une nouvelle fonctionnalité qui aurait pu être payante s’il en avait été autrement.

5) Célébrer les bons coups culturels au même titre que les bons coups financiers :

Signer un partenariat de plusieurs millions mérite d’être communiqué à toutes les parties prenantes de l’entreprise, alors il irait dans le même sens de célébrer l’effort qui a été déployé par un membre de l’équipe de marketing pour développer une nouvelle stratégie avec l’équipe en charge des partenariats avec les fournisseurs sur un pied d’égalité.

6) Ma contribution : Les 5 points précédents touchent l’interne, mais ont un impact direct sur les perceptions externes également et peuvent jouer un rôle majeur sur le comportement de la clientèle cible, autant en ligne qu’hors ligne.

Bien que ces points ont tous une certaine affinité entre eux, ils permettent de voir que, dans un contexte organisationnel, la culture se doit d’être un point central de la communication et de la stratégie. Du point de vue du comportement en ligne et des facteurs culturels qui peuvent l’influencer, ces mêmes étapes permettent un degré de transparence qui favorise la confiance envers la marque et la reconnaissance de certains consommateurs en ces valeurs qui sont promues par l’entreprise de façon claire, cohérente et constante. Dans un contexte où l’image de marque est à la merci des réseaux sociaux, garder un dossier sain dans la conscience des réseaux sociaux est un atout pour toute entreprise.

J’espère que cet article, ainsi que l’article original de Daniel Shapero vous permettront de mieux percevoir certaines ambiguïtés qu’il nous est possible d’observer au quotidien entre le comportement réel des entreprises et ce qu’elles tentent de valoriser comme culture.

I Love LinkedIn and you should too!

Leave a Reply

  

  

  

Current ye@r *